dimanche 5 octobre 2014

Demain , dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne..

    Au petit matin brumeux le silo d'Arzembouy s'éveille..et , évènement peu fréquent, le passage à niveau mitoyen fait retentit sa cloche, les feux rouges s'allument et clignotent, les barrières s'abaissent.
  L'automobiliste ébahi s'arrête : mais que se passe-t-il sur ce bout de ligne où on  ne voit presque jamais rien?
  Un couplage de diesel vient de livrer son convoi de wagons Transcéreales vides,..et repart vers Nevers. il reviendra dans quelques jours chercher son chargement...Mais, pour l'instant, encore quelques secondes, le silence  va revenir, laissant le champ libre aux  corbeaux . (Et aux renards,... aussi..).  




2 commentaires:

  1. Bonjour,
    Merci beaucoup pour ce reportage qur cette ligne bucolique !
    Je suis passionné de trains, et je souhaiterais aller le photographier.
    Avez-vous les horaires et les jours de passage ?
    Merci beaucoup pour votre aide !
    Cordialement,
    A.L.

    RépondreSupprimer
  2. La ligne n'est fréquentée qu'épisodiquement pour un trafic de céréales vers ce silo (quelques trains par mois en automne/ hiver )

    Ceci étant, il doit y avoir un accès aux horaires,... puisque , malheureusement, certains parviennent quand même à se suicider sur cette ligne.

    http://www.lejdc.fr/nievre/actualite/pays/val-de-loire/2014/11/05/un-desespere-se-jette-sous-un-train-sur-la-ligne-premery-nevers_11205544.html

    RépondreSupprimer