jeudi 30 novembre 2017

mardi 28 novembre 2017

Tagada tsoin tsoin

La Lyre de Guérigny, voici quelques décennies


   'orcheste d'harmonie "la Lyre Guérignoise" est né en 1883 . Il donne  une trentaine de  représentations par an. entre cérémonies officielles , festivités diverses  et concerts….  Pour l'entendre,  vous pouvez assister aux deux concerts gratuits  données chaque année à Guérigny.

lundi 27 novembre 2017

Love me tender


  En 1967, un train spécial Cercy la Tour - Chateau-Chinon organisé par la Fédération des amis des chemins de fer secondaires (FACS) et tracté par la loco-tender 242 TC 22 marque l'arrêt en gare de Tamnay en Bazois.
  Il s'agit d'une des dernières circulations de ces machines,  1967 est l'année de leur radiation du dépot de Nevers.
Cette 242 TC n°22 était louée aux CFD à Autun, et arrêtée definitivement  quelques années plus tard vers 1971

dimanche 26 novembre 2017

Le yosu mystèrieux


  Au bord du chemin boueux qui suit le tracé de l'ancien embranchement ferroviaire  reliant Saincaize à la gare de Gimouille, une bâtisse  perdue en parpaings tout moches  et, par dessus, une peinture abstraite.


Gimouille




vendredi 24 novembre 2017

Le péril jaune à rayures

 Le (terrible..) frelon asiatique est bien arrivé dans la  Nièvre .... en voici un nid à Nevers perché dans un bouleau.




 L'arbre est  dans une propriété inoccupée... 

Artilleur mon cher frère





  Tout le monde à Nevers connait le 13 ème de  ligne, qui a une rue à son nom le long de l'ancienne caserne Pittié.  Cette unité a été dissoute en 1940 et le dernier régiment a avoir occupé les lieux est  le 7ème  d' Artillerie , de1972 à 1999. Il était spécialisé dans  l'opération des drones.

jeudi 23 novembre 2017

Flash


le  nouveau détecteur d'alcoolémie au volant



Nevers , boulevard Maréchal Leclerc

dimanche 19 novembre 2017

Fouchère croise Allende



  Dès 1912, année durant laquelle la construction  des ateliers de réparation du PLM commence, on se préoccupe de l’hébergement des ouvriers, dont le nombre est estimé à 800 ( il en aura finalement jusqu'à 1200 )
   La grande Guerre interrompt le  projet d'urbanisme  dessiné  dès 1913. Le chantier  de la Cité de la Bonne Dame de l’Orme  démarre vraiment en 1920, il est  prolongé  par tranches jusqu’en 1931, et on réalise 600 logements de  32 types différents suivant  un tracé  géométrique de rues bordées d’arbres,  Des écoles, un parc, et une église  agrémentent le quartier. .  Les façades affichent des colombages  et - nouveauté dans l'habitat ouvrier- des murs de clôtures protégent les jardins de la vue des passants ( et des autorités...)
    Les logements  disposent de salles de bains (sans  baignoires dans un souci d’économie d’eau). L'adduction d'eau vraiment potable est effective dès 1920 (le reste de l'agglomération de Nevers doit attendre les années 30)  et  les maisons sont raccordées à  l’électricité et au tout-à-l’égout dès 1924.



En 2017, l'esnsemble du projet ayant été réalisé depuis belle lurette, l'endroit est entièrement bâti et le commerce à  l'angle des rues (aujourd'hui) Fouchère et Allende est... la  boulangerie  Là où s'est posté le photographe dans les années 20 se trouve l'école Paul Langevin  .  

samedi 18 novembre 2017

L'affaire du courrier de Lyon


  Avant-hier, à 5 heures du soir, la succursale de la Banque de France de Nevers remettait à la gare une somme d'un million de francs destinée à la Banque de Lyon et renfermée dans cent sacs, contenant chacun 10,000 francs. Après vérification, les sacs, déposés dans un wagon spécial, furent confiés à la garde d'un conducteur chargé de les accompagner jusqu'à destination. A Lyon, un sac avait disparu.
  Une enquête est ouverte sur cette mystérieuse affaire.
  Le Journal de la Nièvre – 08 janvier 1882


 Aux dernières nouvelle, le malfrat court toujours : en septembre dernier, la Banque de France de Nevers, qui n'assurait déjà plus aucune activité de caisse depuis 2014, a quitté le batiment qu'elle occupait depuis 1854. Finis les hold-up!
 Surle cliché  ancien , on voit l'ancienne entrée de la banque de France au n° 2 de la rue de Rome (prolongement de la rue Hippolyte Taine actuelle)  à peu prèsau niveau de l'étoile orange sur ce plan.



 En 1921,la banque de France rachete  une partie de la rue de Rome  pour y construite de nouveaux bureaux et réaliser un hall et ueb verrière art déco. Le tout sera terminé en 1924.

vendredi 17 novembre 2017

Pas rancunière


  Jeanne d'Arc sur la promenade... des Anglais !

  Manque plus que l'emplacement barbecue  ....

jeudi 16 novembre 2017

Faites tourner



Varennes-Vauzelles, hiver 2012  (le panneau a depuis disparu)

       Le chemin de la Beue est bordé d'herbe .
       Qui s'en écarte ,.... finira par se faire un rail.



 Alors attention.... au bout du chemin, la Beue vous rend  âne.






Tête en l'air



  Le 16 novembre 1938, Jules  LEONARDON, 87 ans  réalise son rêve: voler sur un plus lourd que l'air ( un avion Caudron C270) . A son atterrissage, il n'est pas entièrement satisfait de l'expérience, et demande au pilote pourquoi il n'a pas effectué de looping...

mercredi 15 novembre 2017

H. Lawrence nous mène en bateau



  A ne pas confondre avec D.H. Lawrence ( l'auteur de l'Amant de Lady Chatterley) .
Ce Lawrence-là a construit des entre deux guerres à Decize,des "cedarstrip", embarcations en pin d'Oregon sous licence canadienne... et son vrai nom était Henri Laurent.



un autre logo Lawrence , dans un style très "canadien"







  Mon petit doigt me dit qu'on en saura plus dans quelque temps en lisant la rubrique dominicale du Journal du Centre.

mardi 14 novembre 2017

Où était-ce?


  La réponse  nous a été donnée par Patrick: maintenant c'est -> ici

  Daniel G , ancien élève du lycée  Jules Renard nous rappelle que cet établissement fournissait les mollusques  utilisés en cours de Sciences Naturelles ( les S.V.T. d'aujourd'hui) pour les travaux pratiques de dissection...

Traçabilité

   A vendre: fromage produit en Normandie , affiné en Haute-Savoie et distribué par une entreprise nivernaise.


  Déposée le 29 septembre 1982 pour une durée de 10 ans par le Groupement d'Intéret EconomiqueGRAL ( Groupement Agro Alimentaire) auprès de l’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI PARIS),  la marque «GRANCOEUR »  est donc expirée depuis 1992... Si çà vous chante de l'utiliser....







Quant au Saint-Paulin... c'est, pour ainsi dire..., la version industrielle du Port-Salut.


lundi 13 novembre 2017

Peur de rien..


2017




Le  13 novembre 2008, deux individus  s'en prennent à la caisse  de l'hôtel-restaurant Le Val de Loire, à Marzy, hameau de Corcelles. Le patron , agé de 75 ans  menace de les frapper avec une bouteille de verre: les deux malfrats prennent  peur et s'enfuient  sans toucher au grisbi .

dimanche 12 novembre 2017

Tacot de Montsauche



   Dans le bourg de Monsauche  se trouve la gare du tacot, sur la ligne Corbigny-Saulieu . Ouverte en 1901, elle est désertée en mars 1939 comme le reste de la ligne.



 Il ne faut pas confondre cette gare avec la gare des Settons, situéeun peu plus loin vers le barrage éponyme.



   Lors de l'incendie du village par les Allemands le 25 juin 1944, la gare perd  l'étage où logeait le chef de gare, et son hangar. Ce qui reste ( y compris le batiment des toilettes  et l'ancien quai visible à gauche ) a été  restauré par la commune.

cliché: Rail et drailles

En résumé:

avant



maintenant





samedi 11 novembre 2017

Basta

  En 1214, le Comte Hervé de Donzy fonde le prieuré des religieux Prémontrés de Beaulieu qui dépend du prieuré Notre-Dame de l'Épeau près de Donzy.
 Le prieuré est pillé en 1569 par les huguenots et, comme beaucoup d'autres, sa prospérité décline jusqu'à la Révolution, où le site est vendu comme bien national et transformé en ferme.
 Au 19ème siècle, il ne reste  plus rien du bâti.



 En 1919, le prieuré de Beaulieu est transformé en abattoir industriel pour le traitement des bovins . Il a une capacité journalière moyenne d'abattage de 50 bœufs. Les produits et sous-produits sont travaillés sur place et l'abattoir fonctionne aussi comme entrepôt frigorifique, avec un embranchement particulier sur la ligne à voie unique Clamecy-Corbigny-Cercy la Tour. Environ 120 personnes recrutées sur place y travaillent. Un abattoir de porcs est ajouté sur le site en 1934.

  En 1962, changement complet d'activité:  le site  est racheté  par la SA SOUBITEZ fabricant d'accessoires électriques pour automobiles et bicyclettes. Elle y  réalise  des activités de formage, emboutissage, traitement de surface et injection plastique et fait travailler, jusqu'à 800 personnes dans les années 60.



    L'entreprise est reprise par Bernard Tapie reprit pour un franc symbolique en 1984:  il met à la porte 90 salariés.  En 1989, il la revend pour quelques dizaine de millions de francs à des financiers.. qui la laissent quelque mois plus tard à ses cadres pour un franc symbolique .   Le 20 avril 1991, un incendie  ravage les locaux de production avec pour conséquence   le licenciement de 50 personnes et la suppression des 40 postes d'intérimaires.

  Le groupe  danois INCENTIVE qui a racheté le site en 1993 rebaptise la société MARWY france . le revend fin 1999 à la Société BASTA FRANCE qui est elle même rachetée plus tard par le groupe néerlandais Axa Stenman


  L'unité de production est située  à cheval sur le territoire des communes de Clamecy et Rix. L'activité principale est toujours l'étude et la fabrication d'éclairages pour cycles, à partir  de matières plastiques.



 
  L'usine de Rix sort six millions de pièces chaque année, exportées à 90 %, principalement en Allemagne, aux Pays-Bas, en Europe de l'Est, mais aussi en Asie. Elle a 250 clients dans 28 pays. Son premier client est Décathlon. Elle  emploie encore une centaine de salariés et intérimaires. En 2015 c'est le groupe américain Allegion qui reprend le site..la valse des propriétaires continue, mais la production aussi, ce qui reste le principal.