samedi 28 mai 2016

Pont du Veurdre.

   Si les premières traces connues d'un franchissement de la rivière Allier à cet endroit  datent du Moyen Âge, c'est en 1833 que l'administation royale ordonne la construction d'un pont suspendu( avec, comme d'usage, ses droits de péage) entre les communes de Livry et du Veurdre.



En 1910, l'ingénieur français Eugène Freyssinet est chargé de la construction d'un nouveau pont, premier d'une série de trois  ouvrages similaires utilisant la même méthode du béton précontraint. (suivront  le pont Boutiron à Vichy et le pont de Châtel-de-Neuvre.).






  Le jour du décoffrage final, en 1911, plus de trois mille badauds  se massent sur les rives de l'Allier, en attendant l'écroulement  de l'édifice pronostiqué par un journal nivernais: ils sont bien déçus.

l'ancien  et le moderne


  En 1912, le pont voit ses clés de voûte s'affaisser progressivement. On incrimine d'abord les fondations  mais, après vérifications,  elles sont mises hors de cause. Avant que l'ouvrage ne s'effondre,  ce qui compromettrait alors  durablement la carrière de l'ingénieur, il lui faut, au plus vite, contrer ce phénomène ....
  En pleine nuit, Freyssinet réveille donc son chef de chantier. Ils effectuent en vélo les trente kilomètres de  Moulins au Veurdre.  En posant des vérins dans les joints des clés de voûte il allongent les arcs, les obligeant à se soulever, et préservent ainsi l'ouvrage de la ruine.


    La discrétion souhaitée par Freyssinet pour ne pas alerter les Ponts et Chaussées est cependant loin d'être parfaite: son intervention a lieu  le jour du marché au Veurdre...mais l'essentiel est préservé

     Cet incident permet aussi à Freyssinet de découvrir in-situ un phénomène encore inconnu : soumis à une charge, le béton flue (se raccourcit), et il faut en tenir compte dans la conception des grands ouvrages.




   Le 18 juin 1940, une quarantaine de soldats, commandés par le capitaine de Sapeurs-Pompiers Bastiani et le lieutenant Legris barre le passage du pont pendant une journée entière à une colonne nazie de 1.000 à 1.500 hommes, armés d'un canon de 75 et de quelques mitrailleuses. Pour les neutraliser, des motocyclistes allemands doivent les prendre à revers en traversant l'Allier en amont du pont,  équippés de flotteurs . Huit militaires français sont été tués durant le combat.



 Le pont de Freyssinet  est  dynamité le 7 septembre 1944 par la Résistance pour couper la retraite des troupes allemandes ( et notamment celle de la Colonne Elster)



Le pont est reconstruit en 1948 sur ses propres piles.  Egalement réalisé  en béton armé il  utilise la structure Cantiveler dont il est un des premiers représentants en Europe.

le pont en construction en1948, à gauche une passerelle provisoire




Ce type de contruction "en porte-à -faux" permet de franchir la rivière sans utiliser ni cintre ni échafaudages posés au sol (comme on l'a vu faire sur les photos de 1910) pour en réduire le coût et limiter les risques en cas de crues.

1 commentaire: