dimanche 3 décembre 2017

Progilite


  En 1922, la société Progil détient  une participation  importante dans la Société des Produits Chimiques de Clamecy.,qui  lui donne accès aux sous - produits de la pyrogénation du bois.
  Elle s'engage alors dans la  fabrication  de résines phénoliques, un matériau nouveau à cette époque, dont le fleuron est plus connu sous le nom de Bakélite  (Bakélite est en fait , comme Frigidaire,  une marque commerciale dérivée du nom de son inventeur le chimiste américain d'orine belge Leo Hendrik Baekeland qui l' a brevetée en 1909) . Progil  utilise son propre procédé, à un stade qu'on pourrait qualifié d'artisanal pour fabriquer les résines à prise lente.

  En 1928  le brevet de la "bakélite"  va tomber dans le domaine public : c'est le début de l'essor industriel des résines phénoliques, avec la création de la Société R.V.A (Résines et Vernis Artificiels)  qui récupère  l'usine de  Clamecy .
  R.V.A. assure la production et la des résines et des poudres à mouler à base de phénol, commercialisées  sous le nom de Progilite, qui  sont  destinées aux industries de la radio, de l'automobile, de l'électricité, et des appareils ménagers  .La production est d'environ 200 tonnes en 1932 : elle dépasse les  2000 tonnes en 1945.

Objets publiciatires pour la Progilite des années 50


    En 1972, l'usine de Clamecy devient établissement Rhône - Progil (Groupe Rhône - Poulenc) et au 1 er janvier 1975, Rhône - Poulenc Industrie (Division Chimie Minérale).   En 1985, l'activité résines  phénoliques est cédée au groupe suédois Perstorp  qui transfère  les fabrications de Clamecy  dans ses autres usines.

1 commentaire:

  1. La bakélite est très simple à fabriquer; nous en avions produit au fond d'un bocal au lycée, rien qu'en mélangeant deux produits...

    RépondreSupprimer