dimanche 13 mai 2018

As du volant





   L’école de pilotage Winfield  dirigée par les frères Richard et Mike Knight s’installe à Magny Cours en février 1963, sur le circuit   créé en 1961 par Jean Bernigaud  . Winfield est le prénom de la grand-mère maternelle de leur père, qui a lui même lancé plusieurs circuits en Angleterre et aux Baléares.
 Au départ  financé par la compagnie Shell qui  récompense le meilleur élève, le premier lauréat de l'école est le normand  Jean Pierre Jaussaud  en 1963. Vont  suivre beaucoup de futurs champions  dont François Cevert .


   En 1967  l'école s'installe dans un batiment neuf qui existe toujours, malgré le remaniement du circuit en 1987.

le batiment en construction

le même en 1975


    Les élèves-pilotes sont formés  sur   des Lotus 18, qui manquent de fiabilité:  à partir de 1968, elles sont remplacées par  des monoplaces produites sur place, les Martini à moteur Renault Gordini de110ch  conçues à la fois  pour l'école et pour le championnat de Formule France.

Richard Knight enseignant l'art du virage


 En 1968 est  créé le « Trophée Winfield », pour "ratraper" les  pilotes  prometteurs mais ayant échoué  au « Volant Shell ».

extrait de la plaquette commerciale de l'Ecole Winfield . 

sur la photo,  la Tyrrell  007 pilotée en Formule 1 par Patrick Depailler



 Les frères Knight  fondent en 1972  une deuxième école Winfield au Castellet, sur le Circuit Paul Ricard. Premier vainqueur : Patrick Tambay.
   Shell se retirant, c’est le pétrolier Elf qui pend le relais: au  Volant Shell succéde le  pilote Elf,. Yves Le Strat remporte le premier pilote ELF en 1974, premier d'une lignée dont le dernier  sera couronné en 1991 . 

 

Yves Le Strat (moustachu)  , vainqueur du 1er trophée de l'ère  Elf . A sa droite ( 3ème à partir de la gauche) Ken Tyrrell  le directeur de l'écurie de F1 du même nom.


 







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire