samedi 6 juin 2015

Un tramway nommé désir.


    Le réseau de tramway de Nevers, est déclaré d'utilité publique par le décret n° 37934 du 29 septembre 1899,
    On voit ici, sur une carte moderne, le tracé des 3 branches du réseau. , tel que défini quelques mois auparavant  entre la ville de Nevers (et son maire , le très catholique Hippolyte Pigalle )et l' entreprise Duchez et Fils, de Lyon  constructeur et concessionnaire  du réseau,  déja impliquée dans la réalisation du réseau de la banlieue nord de Paris.


Les arrêts du tramway sur les 3 lignes prévues  devaient être installés aux endroits suivants ( les noms des rues et places ont été volontairement modernisés pour le lecteur du 21ème siècle)

 Caserne Pittié, gare SNCF, place Carnot, porte de Paris, Octroi, pour la ligne 1.

 Gare SNCF, place Carnot, place Saint Sébastien, faubourg de Mouësse  croix Saint Lazare, pour la ligne 2.

 Place Carnot , porte de Paris, place Chaméane, Pont du chemin de fer, pour la ligne 3.

 Le décret d'utilité publique a, entre autres, pour objectif de permettre les expropriations nécessaires  à la construction du réseau,:des trains de 2 voitures à traction électrique rouleront à 16 km/h de vitesse maximalesur une voie de 1mètre.

    Une clause du décret prévoyait  sa nullité en cas de non-accomplissement de l'ensemble des  expropriations nécessaires  dans un délai de 3 ans... Quand on comprend que l'ensemble de la voirie (plateforme du tramway, espace pour les piétons ou les automobile et distances de sécurité ad-hoc..)  conduisait à des emprises  de 6 à 8 mètres de largeur, dans les rues étroites du centre ville commerçant... on peut ,en dehors même de sa rentabilité financière,  y voir l'une des raisons  de l'échec somme toute assez prévisible, du plan!
    S'agissait il d'un coup de pub municipal? d'une promesse de campagne électorale du maire ?

   Le maire sera de toutes façons destitué administrativement  en 1904  par le président du Conseil, Emile Combes, en pleine séparation de l' église et de l'Etat ,  pour une sombre histoire de bamboula dans un bordel de la ville  ( l'affaire dite  "de la bombe").....ce qui est quand même un comble pour un type qui s'appellait... Pigalle.


2 commentaires: